Interdépendance et "compte émotionnel"

La notion de compte émotionnel, avec ses retraits et ses dépôts, nous permet de mieux visualiser comment fonctionnent les relations humaines.

(Ceci est le sixième article de ma série "Stephen Covey - Les 7 habitudes")

Si vous avez atterri sur cet article depuis votre moteur de rechercher préféré et que vous n'avez pas le contexte, merci de commencer ici (sinon vous serez un peu perdu, ce qui serait dommage).

Nous avons passé pas mal de temps à définir les habitudes 1, 2 et 3 qui forment le cœur de la stratégie pour devenir indépendant. Nous allons très prochainement rentrer dans les habitudes 4, 5 et 6 qui définissent comment nous pouvons devenir interdépendants.

Cet article fait la transition entre ces deux parties importantes du modèle de Covey.

Compte emotionnel : retraits et dépôts

 


Le compte émotionnel : retraits et dépôts

Afin de mieux visualiser la nature de nos relations, Covey propose de visualiser le modèle suivant.

Vous connaissez bien la notion du compte en banque. On y fait des retraits et des dépôts. Un compte émotionnel est une métaphore qui décrit le niveau de confiance qui a été cultivé dans une relation.

Je peux faire un dépôt dans ce compte émotionnel : je suis gentil et courtois, je suis honnête, je tiens mes engagements et mes promesses. Dans ce cas-là, je construis une réserve. Vous me faites de plus en plus confiance. Je peux faire des erreurs de temps en temps, vu que le compte est bien rempli, vous ne perdez pas confiance.

Je peux faire un retrait dans ce compte émotionnel : je vous manque de respect, de courtoisie, je vous coupe la parole, je vous ignore, je vous trahis. Dans ce cas, je fais un retrait plus ou moins important. Et au bout d'un moment, je serai dans le rouge. Et si je suis dans le rouge, le niveau de confiance est inexistant et vous ne me ferez aucun cadeau si je fais la moindre petite erreur.

Au plus la relation est constante et de longue durée (partenaire de vie, famille), au plus il faut faire des dépôts. De plus, avec l'habitude, on fait souvent des petits retraits sans s'en apercevoir car on considère la relation comme acquise. Il est très facile de se mettre dans de mauvaises positions avec un adolescent par exemple (oui, j'ai testé pour vous).

 


6 types de dépôts à faire régulièrement

Covey nous suggère 6 types de dépôts à faire d'une manière régulière sur le compte émotionnel des personnes qui nous sont proches.

 

(1) Comprendre la personne

Vraiment essayer de comprendre une personne est complexe car nous avons tous nos filtres qui distordent notre vision. Nous projetons notre autobiographie sur les autres. Nous pensons savoir ce dont ils ont besoin. Nous voulons leur dire ce qui devrait être important pour eux. Et nous faisons fausse route.

Nous parlerons de tout ceci dans l'habitude 5 ("Cherchez d'abord à comprendre, ensuite à être compris"). Si une personne vous est chère, ce qui est important pour elle doit devenir aussi important pour vous que la personne elle-même.

 

(2) Faire des petits gestes de gentillesse

Ces petits gestes de gentillesse, de courtoisie, sont tellement importants. Ils montrent que nous sommes à l'écoute, que nous observons, que la personne compte.

Vous rentrez d'une balade dans la forêt au mois de janvier et votre sœur à froid et grelotte sur le sofa. Vous lui apportez une couverture et une tasse de chocolat chaud.

Votre adolescent a encore tordu les branches de ses lunettes. Avant qu'il se réveille, vous lui redressez et vous lui laissez un petit mot pour lui dire.

Nous sommes tellement pris dans la routine, tellement pollués par les tensions et les frictions de la vie de tous les jours, que nous ne sommes même plus prêts à faire ce genre de petits gestes. Et pourtant, c'est un petit effort pour un gros dépôt.

 

(3) Tenir ses engagements

Ceci est l'un des dépôts les plus importants. Briser une promesse est l'un des retraits les plus gros. Ne faites pas beaucoup de promesses, mais tenez-les toutes. Si vous n'êtes pas sûr de pouvoir tenir une promesse, ne la faites pas.

 

(4) Clarifier les attentes

La cause des tensions entre individus est très souvent le fait que nous avons mal compris les attentes de l'autre personne. Nous pensons que nos attentes sont évidentes pour l'autre personne. Nous sommes convaincus que la personne connait bien notre position. Mais il n'en est rien.

Ceci est très lié au point numéro 1 bien sûr, essayer de vraiment comprendre la personne et son point de vue. Mais ce point va un peu plus loin en créant une discussion qui va, au final, éviter de nombreux troubles plus tard.

Une situation de famille typique qui peut parfois tourner au cauchemar : les vacances. D'abord, il a fallu négocier et faire des compromis : mer ou montagne ? Nature ou parc d'attractions, restaurants et bars ? Camping ou tout confort ?

Ensuite, une fois sur place, tout le monde avait des attentes différentes que personne n'avait bien compris. Avant de partir, il est donc essentiel, de bien comprendre les attentes de chacun, depuis votre adolescent de 16 ans qui espère vraiment passer beaucoup du temps sur la plage jusqu'à votre mère qui, a 70 ans, est une passionnée de randonnée et pense profiter le plus souvent de l'arrière-pays. Comment allez-vous faire plaisir à tout le monde ?

Dans cet exemple précis, si vous montrez à tous que vous pouvez comprendre leurs attentes et les satisfaire en partie, leur expliquer que pour le reste du temps il faudra faire des compromis (sont-ils d'accord, etc) - dépôt majeur dans le compte émotionnel.

 

(5) Faire preuve d'intégrité

L'intégrité va au-delà de l’honnêteté. Être honnête consiste à dire ce que l'on pense (avec plus ou moins de diplomatie). Être intègre est plus orienté action : c'est tenir ses promesses et ses engagements. C'est aussi être loyal envers ceux qui ne sont pas présents. Lorsque vous défendez ceux qui sont absents, vous établisses la confiance des présents.

Dire du mal des absents peut paraître, à première vue, désirable pour établir une bonne connexion avec la personne en face de vous. Vous lui faites des confidences. Vous parlez en secret. Mais vous effectuez en fait un retrait. Au long terme, cette personne ne vous fera pas confiance car elle sait que vous ferez la même chose avec elle.

L'intégrité consiste aussi à confronter une personne avec qui nous ne sommes pas d'accord (plutôt que de parler mal d'elle dans son dos). Et ça, c'est compliqué, nous sommes d'accord. Il faut du courage. La personne sera peut-être irritée sur le coup, blessée ou en colère. Mais si vous le faites dans le respect, elle vous respectera d'autant plus sur le long terme.

 

(6) S'excuser sincèrement lorsqu'on a fait un retrait

Ceci est valable uniquement si la situation n'arrive pas d'une manière régulière. Si vous faites régulièrement du tort à un proche, puis que vous vous excusez pour répéter ensuite la situation - l'excuse ne vaudra pas grand-chose.

Ici, les excuses doivent être peu fréquentes et sincères, si possible en répétant le mal qu'on a fait et en regardant la personne dans les yeux. Exemple : "je t'ai embarrassé devant tes amis et je n'avais aucun droit de faire cela. Même si je voulais te faire passer un message important, j'aurais dû procéder autrement. Excuse-moi."

 

Pour se sentir solide, stable et "riche" intérieurement, il faut d'abord être excédentaire dans le compte en banque émotionnel.

Ce modèle est important pour développer les habitudes 4, 5 et 6 qui nous mènent vers un modèle d'interdépendance et qui sont toutes bâties (contrairement aux habitudes 1, 2 et 3) sur les interactions sociales.

>> Aller au septième article de la série <<